Que faire lors d'un refus de demande de rachat de crédits ?

Que faire lors d'un refus de demande de rachat de crédits ?

Il arrive parfois et selon le cas qu’une demande de rachat de crédits soit refusée par l’organisme financier. Les raisons de ce refus peuvent être diverses, elles dépendent de la situation individuelle du demandeur, mais aussi de la conjoncture économique du moment qui va définir les critères d’octroi aux organismes de crédit. En effet, même si chaque dossier est analysé de manière personnalisée et en détail, les professionnels du rachat de crédits sont aussi obligés de tenir compte de certains paramètres extérieurs à leurs structures. Il existe heureusement des solutions pour faire face au refus de sa demande, que nous allons détailler dans cet article.

Les principales raisons d’un refus

La première question à se poser porte sur l’identité de l’organisme ayant refusé le rachat de crédits ? Est-ce le courtier (qui agit en tant que mandataire bancaire) ou l’établissement financier ? Pour rappeler le rôle de chacun, l’organisme prêteur a le droit de refuser une demande et il n’est aucunement obligé de justifier sa décision, ni d’en donner les motivations. En revanche, le courtier n’est rémunéré que si les fonds sont débloqués. Il a donc tout intérêt à accepter uniquement de gérer des dossiers dont il estime les chances de réussite élevées. L’organisme de crédit, quant à lui, va miser sur la sécurité, son impératif étant de s’assurer du bon remboursement de ses échéances mensuelles. Pour cela, il devra prendre en compte plusieurs critères, comme par exemple la capacité de remboursement de son client, la rentabilité de cette opération pour l’emprunteur, ou encore les changements de situation dans le futur (perte d’emploi, retraite, divorce, etc.).

Plusieurs raisons peuvent empêcher une demande de rachat de crédits d’aboutir :

-          Le fichage au FICP (Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers) ou au FCC (Fichier Central des Chèques), qui sont gérés par la Banque de France et qui répertorient tous les incidents de paiement concernant les particuliers. Il s’agit donc de lister toutes les personnes qui ont eu un problème de remboursement de crédits, une situation de surendettement ou encore de faillite personnelle. Il est mis à jour en temps réel par les tribunaux, les banques et les commissions de surendettement. Toutes les personnes fichées au FICP sont interdites de souscrire à un nouveau prêt. Cependant, le rachat de crédits peut dans certains cas et sous certaines conditions permettre à un particulier de sortir de ce fichage.

 

-          Un taux d’endettement trop élevé est une autre raison de refus d’une demande de rachat de crédits. Du fait de l’importance élevée de ce critère aux yeux des établissements financiers, lorsqu’il dépasse un certain quota, il est impossible d’obtenir un nouveau crédit. De manière générale, les organismes prêteurs considèrent qu’il est le reflet d’une situation financière difficile. Lorsque le taux d’endettement dépasse les 33 %, les banques estiment que le reste à vivre n’est plus suffisant pour assumer une situation financière confortable au ménage, raison pour laquelle la moyenne a été fixée à 33 %.

 

-          Lorsque la demande ne correspond pas aux critères d’acceptation de l’établissement financier, celui-ci refuse en général la demande. En effet, avant d’accepter un dossier, ce dernier procède à plusieurs vérifications ; l’âge de l’emprunteur, sa situation personnelle et financière, ses revenus, son taux d’endettement, sa profession et son contrat de travail, et bien entendu ses crédits en cours. Les critères d’octroi varient d’un établissement à l’autre, d’où l’intérêt de procéder à plusieurs demandes pour augmenter ses chances d’acceptation, mais aussi faire jouer la concurrence et comparer les différentes offres.

Les démarches à effectuer en cas de refus

Étant donné que les critères d’acceptation d’un rachat de crédits sont différents d’un établissement financier à un autre, en cas de refus, il est tout à fait possible de faire jouer la concurrence. De sorte que si le dossier n’est pas accepté, il ne faut pas hésiter à l’envoyer à d’autres organismes ou mandataires bancaires. Quoiqu’il en soit, il existe une solution à toutes les différentes raisons de refus d’un rachat de crédits. Lorsque le taux d’endettement est trop élevé, la solution peut être de déposer un dossier devant la commission de surendettement. Le particulier pourra ainsi profiter d’un plan de redressement et trouver une manière de sortir de son endettement excessif. Lorsqu’il y a un fichage à la Banque de France, le mieux est de régulariser la situation et de rembourser toutes les dettes. Dans les 2 ou 3 mois qui suivent, le nom de l’emprunteur sera effacé du fichier.

Tout comme une situation professionnelle, les critères peuvent évoluer avec le temps, de sorte qu’un refus n’est jamais définitif. Cela signifie qu’un organisme ayant refusé un dossier peut très bien l’accepter quelques mois plus tard. Il est important de mettre en valeur les éléments forts de la demande, c’est-à-dire ceux qui attestent de la solvabilité de l’emprunteur et d’une situation financière saine. Pour cela, il ne faut pas hésiter à mettre en avant les primes perçues, et tous les autres revenus, les pensions, les droits d’auteur, etc. Être employé en CDI est bien sûr un atout important, et parfois cela vaut la peine d’attendre d’obtenir ce type de contrat de travail. 

Il est important également que les comptes bancaires ne montrent pas d’incidents comme des rejets de prélèvement ou des impayés, ceux-ci étant consultés et vérifiés. Si c’est le cas, il vaut mieux attendre une période de trois mois pour présenter des relevés sains et sans aucun incident de paiement. Le rejet d’un dossier n’est pas une fatalité et étant donné le grand nombre d’organismes spécialisés dans le rachat de crédits, il est judicieux de déposer une demande auprès de plusieurs établissements de crédit.

Faire appel à un courtier ou un IOB (Intermédiaire en Opérations Bancaires) peut être d’une grande utilité, car il est souvent mandaté par plusieurs banques. Spécialiste de la négociation, il saura proposer un accompagnement sur-mesure et trouver la meilleure solution et conseiller l’emprunteur dans toutes ses différentes démarches. Il est également possible de se servir des outils présents en ligne afin de faire un comparatif des organismes de rachat de crédits. Il est important de bien se renseigner sur le marché, certains organismes étant plus aptes que d’autres à gérer un dossier, sans oublier les variations de critères d’octroi d’un établissement à l’autre. Il ne faut en aucun cas désespérer après un refus car les choses évoluent et certains paramètres aussi.

Si la situation de l’emprunteur est délicate, il est alors conseillé d’attendre après un refus que celle-ci s’améliore. La période minimum est de 6 mois avant d’à nouveau déposer un dossier auprès du même organisme. Une autre solution peut également être la caution familiale. Il s’agit alors de proposer à un membre de la famille qui est propriétaire d’un bien immobilier, d’accepter de l’apporter en garantie, on parle alors d’une caution hypothécaire. Sa présentation est appréciée par les organismes prêteurs, car elle constitue une réelle garantie lorsque le profil de l’emprunteur manque de fiabilité. Elle assure le créancier qu’en cas de problèmes de paiement des échéances de crédit, elle ne coure aucun risque puisque le bien immobilier a été mis en hypothèque.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours

Crédistor, le spécialiste du rachat de crédit (crédit consommation, crédit immobilier, ...), du réaménagement de crédit et des solutions financières apporte des réponses à vos questions sur le regroupement de prêts, vous propose des outils de simulation du taux d'endettement et du calcul de mensualité d'emprunt. Contactez Crédistor pour trouver immédiatement la solution de financement dont vous avez besoin.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou de plusieurs prêts d'argent.

*La diminution du montant des mensualités entraine l'allongement de la durée de remboursement et majore le coût total du crédit. La réduction dépend de la durée restante des prêts rachetés.
** Réponse de principe (du lundi au vendredi aux heures ouvrables, hors weekend et jours fériés) non soumise à engagement et sous réserve de l'étude de votre dossier. Le financement est soumis à l'acceptation définitive par un de nos partenaires bancaires.

Pour un crédit à la consommation, vous disposez d'un délai de rétractation de 14 jours à compter de la signature du contrat de crédit.
Pour un crédit immobilier, vous disposez d'un délai de réflexion de 10 jours à compter de la réception du contrat de crédit.
Si la vente est subordonnée à l'obtention du prêt et que celui-ci n'est pas obtenu, le vendeur doit rembourser à l'emprunteur les sommes versées.
Pour un financement relevant du régime du crédit immobilier, nous pouvons vous fournir, à votre demande, les informations générales sur la gamme des produits proposés par nos partenaires bancaires.
Les simulations réalisées ne sauraient avoir de valeur contractuelle. Les résultats ne constituent en aucune façon une recommandation de faire ou de ne pas faire.

CRÉDISTOR, marque commerciale de la SAS CRÉDISTOR, mandataire non exclusif en opérations de banque et services de paiement & en assurance immatriculé sous le N°ORIAS 10 058 180 (www.orias.fr) SAS au capital de 400 000 € enregistrée au registre du commerce et des sociétés de Nancy sous le numéro 527 504 500 siège social : 843 Avenue de la République - CS 92056 - 59702 MARCQ EN BAROEUL CEDEX. Société soumise au contrôle de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), dont l'adresse est sis 4 Place de Budapest - CS 92459 - 75439 - PARIS CEDEX 09 téléphone : 01 49 95 40 00 site : www.acpr.banque-france.fr.
Mandaté non exclusivement par : My Money Bank 20 avenue André-Prothin Tour Europlaza 92063 PARIS LA DEFENSE ; CGI 69 avenue de Flandre 59708 MARCQ EN BAROEUL ; BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE 1 Bld Haussmann 75009 PARIS ; CREATIS 61 avenue Halley - Parc de la Haute Borne - 59650 VILLENEUVE D'ASCQ ; CFCAL 1 rue du Dôme 67003 STRASBOURG ; SYGMA, marque commerciale de BNP Paribas Personal Finance, 1 Bld Haussmann 75318 Paris CEDEX 09 ; CREDIT LIFT Crédit Agricole Consumer Finances, 1 rue Victor Basch CS 70001 91068 MASSY CEDEX.
Consentement : Les données feront l'objet de traitement informatique, en application de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, dans un but de prospection commerciale. Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de suppression et d'opposition sur les données vous concernant dont CRÉDISTOR et ses partenaires sont destinataires. Ce droit d'opposition quant à l'utilisation de ces données personnelles ainsi que les modalités d'exercice de ce droit est sans frais. Il vous suffit pour l'exercer, de nous écrire à l'adresse suivante : CRÉDISTOR, 843 Avenue de la République - CS 92056 - 59702 MARCQ EN BAROEUL CEDEX, ou en envoyant un mail sur l'adresse : contact@credistor.com

L'Internaute est informé que la Société ou d'autres sites partenaires sont susceptibles de placer des cookies et des actions Tag sur son ordinateur dans le but de mesurer l'efficience du service proposé. L'Internaute a cependant la possibilité de refuser les cookies ou les actions Tag. Il lui suffit pour cela de modifier les paramètres de son navigateur Internet. Dans ce cas, il se peut qu'il ne puisse bénéficier de la totalité des fonctions et des services proposés sur le présent Site.

Dans le cadre de la relation commerciale avec nos services (informations client et client potentiel à l'entrée en relation), toute demande de réclamation doit être formulée à CRÉDISTOR - "Service Réclamation" - 843 Avenue de la République - CS 92056 - 59702 MARCQ EN BAROEUL CEDEX ou par mail : service-clients@credistor.com