Actualité : Frais d'un rachat de crédits

Frais d'un rachat de crédits

 

L’idée est donc de faire des économies même si différents frais viennent se greffer au coût du montage financier. Qu’ils s’agissent d’un regroupement de crédits à la consommation, de prêts immobiliers ou des deux, des coûts supplémentaires sont à prévoir. Certains sont obligatoires et intégrés directement dans le calcul du coût de la transaction, d’autres sont des frais annexes et ne rentrent pas dans le calcul. Pour vérifier si l’opération est rentable il faudra tenir compte de tous ces frais réunis.

Les principaux frais du rachat de crédits

Lors d’un rachat de crédits, l’organisme prêteur qui prend en charge l’opération solde le capital restant dû de tous les emprunts en cours. Il s’agit d’un remboursement par anticipation de tous les créanciers, pour lequel le paiement d’indemnités est le plus souvent prévu par contrat initial du crédit. La majorité des contrats prévoient ces indemnités sauf parfois lorsque le bien est revendu ou que le remboursement anticipé a lieu grâce aux fonds propres de l’emprunteur. Dans ces cas, ils peuvent être supprimés ou négociés à la baisse. Cela arrivera rarement lorsqu’il y a rachat de crédit immobilier par un établissement financier concurrent. Le montant de l’IRA (indemnité de remboursement anticipé) ne peut en aucun cas dépasser les 3% du capital restant dû, ni plus de 6 mois d’intérêts qui devraient être payés encore pendant cette période, depuis le moment de la demande de rachat.

Les données sont différentes pour le rachat des crédits à la consommation, même si celui-ci comprend un prêt immobilier. Il faudra alors que sur l’ensemble des prêts regroupés, la majorité soit des crédits à la consommation. Lorsqu’un crédit à la consommation a été souscrit avant le 1er mai 2011, la loi prévoit qu’aucune IRA n’est due. Après cette date, lorsque plus de 10.000 euros ont été remboursés de manière anticipée, l’IRA s’élève à 1% du capital remboursé pour un crédit dont la période de remboursement est de plus de 12 mois restants, et 0,5% s’il reste moins que 12 mois.

Les frais de banque sont un autre pôle de frais à payer lors d’un rachat de crédits, celui-ci étant considéré comme une opération bancaire. Toutefois il est important de savoir que ces frais qui constituent en fait des frais de dossier peuvent être négociés, et même supprimés sous certaines conditions. Ils représentent en règle générale 1% du montant total racheté, mais sont variables et peuvent grimper jusqu’à 7%. La qualité du dossier présenté, tout comme du profil de l’emprunteur vont avoir un impact sur le montant, voire l’exonération de ces frais. Dans la plupart des cas, si l’emprunteur accepte de domicilier ses revenus et de ses comptes bancaires dans la banque qui accorde le crédit, et qu’en plus il souscrit à une assurance ou un autre produit de placement, une réduction ou même une exonération est accordée. Les frais de banque ne sont à payer qu’une fois le contrat de rachat de crédits accepté et signé. Lorsqu’il y a une simple étude de dossier ou un refus, la banque ou l’organisme prêteur ne peut exiger aucun paiement.

Lorsque l’emprunteur fait appel à un courtier pour effectuer toutes les demandes et les démarches administratives à sa place, il lui est redevable d’une commission. Le coût de celle-ci varie entre 1 et 5% du nouveau montant emprunté, selon la complexité du dossier à préparer. Le simple fait de contacter un courtier, voire de lui demander une étude de dossier ne lui permet pas de réclamer une quelconque rémunération. D’ailleurs le plus souvent celui-ci est rémunéré directement par les banques ou les organismes financiers.

Les frais de cautionnement

Lors d’un rachat de crédit immobilier, l’établissement financier qui accorde le nouveau prêt réclame des garanties, comme lors d’un accord de crédit classique. Généralement c’est le bien immobilier qui est soumis à une hypothèque, qu’il soit en location ou habité par le propriétaire dont il constitue la résidence principale. Le rachat de crédit hypothécaire est proposé lorsque le montant du nouveau crédit est élevé. Il requiert l’intervention d’un notaire qu’il faudra rémunérer pour appliquer la mainlevée. A ces frais s’ajoutent la taxe de publicité foncière à payer au service des hypothèques, dont le montant est de 0,715% du capital emprunté. Les frais d’hypothèque quant à eux s’élèvent en moyenne à 2% du montant du nouveau crédit.

Pour les emprunteurs qui décident d’apporter une caution par le biais d’une tierce personne, aucun frais n’est à prévoir. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un cautionnement donné par un établissement cautionnaire spécialisé, celui-ci est payant.  Cette rémunération peut aussi se faire par le biais des 75% du fonds mutuel de garantie qui a été versée par l’emprunteur lors du premier crédit immobilier. La garantie mise en place permettra d’assurer le remboursement des mensualités en cas d’incapacité par l’emprunteur suite à un problème ou un aléa de la vie. Le paiement de la caution se fait sous la forme d’une commission et d’une contribution à un fonds mutuel de garantie (qui sera rendue à l’emprunteur à la fin du contrat de prêt)  qui varie de 2 à 3% de la somme empruntée.

L’assurance emprunteur

De manière générale, l’assurance emprunteur n’est pas exigée pour le rachat de crédits à la consommation. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un prêt immobilier la souscription à l’assurance décès invalidité (ADI) comme pour tout prêt à l’habitat est une condition sine qua none pour que le dossier soit accepté. Elle revêt une importance capitale pour se protéger en cas de problèmes qui peuvent survenir subitement dans la vie, qu’il s’agisse d’un décès, d’un accident, d’un divorce, d’une perte ou incapacité partielle ou totale de travail, d’une perte d’emploi, etc. Le paiement des mensualités de crédit est alors assumé par l’assurance, selon la nature du contrat souscrit.

Le coût de l’assurance emprunteur est variable. Il dépend de l’âge et de l’état de santé de l’emprunteur lors de la souscription au rachat de crédits. A noter que l’organisme prêteur qui rachète les crédits ne rachète pas les assurances précédentes reliées aux différents crédits rachetés. Il peut proposer par ailleurs une offre d’assurance mais depuis le 1er septembre 2010, il n’est plus obligatoire de la souscrire dans l’établissement qui prend en charge l’opération de rachat.

Pour réduire les frais liés à l’assurance emprunteur, il est également possible de bénéficier d’une délégation d’assurances. En effet, celle-ci est généralement moins chère (entre 0,07 et 0,14%) que les contrats proposés par les assurances classiques qui tournent autour des 0,20 à 0,70%, tout en proposant les mêmes conditions de garantie.

Quoiqu’il en soit, le coût de l’assurance est une dépense qui se négocie, puisqu’il est basé sur la somme empruntée. Comparer les offres et les mettre en concurrence est une bonne manière d’obtenir de meilleures conditions. 

En conclusion il est important de noter que le coût d’un rachat de crédits n’est pas à prendre à la légère, il est important de tout vérifier pour éviter les notes inutiles. D’ailleurs tous les frais constitués dans le cadre de l’opération (IRA, frais de dossier, frais de garantie, frais d’assurance…) doivent être soigneusement calculés à l’avance et intégrés au capital à refinancer, sans avoir besoin de dépense supplémentaire. La banque ou l’établissement prêteur a l’obligation de remettre à l’emprunteur un document complet renseignant toutes les informations financières du rachat de crédits.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours

Crédistor, le spécialiste du rachat de crédit (crédit consommation, crédit immobilier, ...), du réaménagement de crédit et des solutions financières apporte des réponses à vos questions sur le regroupement de prêts, vous propose des outils de simulation du taux d'endettement et du calcul de mensualité d'emprunt. Contactez Crédistor pour trouver immédiatement la solution de financement dont vous avez besoin.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou de plusieurs prêts d'argent.

*La diminution du montant des mensualités entraine l'allongement de la durée de remboursement et majore le coût total du crédit. La réduction dépend de la durée restante des prêts rachetés.
** Réponse de principe (du lundi au vendredi aux heures ouvrables, hors weekend et jours fériés) non soumise à engagement et sous réserve de l'étude de votre dossier. Le financement est soumis à l'acceptation définitive par un de nos partenaires bancaires.

Pour un crédit à la consommation, vous disposez d'un délai de rétractation de 14 jours à compter de la signature du contrat de crédit.
Pour un crédit immobilier, vous disposez d'un délai de réflexion de 10 jours à compter de la réception du contrat de crédit.
Si la vente est subordonnée à l'obtention du prêt et que celui-ci n'est pas obtenu, le vendeur doit rembourser à l'emprunteur les sommes versées.
Pour un financement relevant du régime du crédit immobilier, nous pouvons vous fournir, à votre demande, les informations générales sur la gamme des produits proposés par nos partenaires bancaires.
Les simulations réalisées ne sauraient avoir de valeur contractuelle. Les résultats ne constituent en aucune façon une recommandation de faire ou de ne pas faire.

CRÉDISTOR, marque commerciale de la SAS CRÉDISTOR, mandataire non exclusif en opérations de banque et services de paiement & en assurance immatriculé sous le N°ORIAS 10 058 180 (www.orias.fr) SAS au capital de 400 000 € enregistrée au registre du commerce et des sociétés de Nancy sous le numéro 527 504 500 siège social : 843 Avenue de la République - CS 92056 - 59702 MARCQ EN BAROEUL CEDEX. Société soumise au contrôle de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), dont l'adresse est sis 61, rue Taitbout, 75436 Paris Cédex 09 téléphone : 01 49 95 40 00 site : www.acpr.banque-france.fr.
Mandaté non exclusivement par : My Money Bank 20 avenue André-Prothin Tour Europlaza 92063 PARIS LA DEFENSE ; CGI 69 avenue de Flandre 59708 MARCQ EN BAROEUL ; BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE 1 Bld Haussmann 75009 PARIS ; CREATIS 61 avenue Halley - Parc de la Haute Borne - 59650 VILLENEUVE D'ASCQ ; CFCAL 1 rue du Dôme 67003 STRASBOURG ; SYGMA, marque commerciale de BNP Paribas Personal Finance, 1 Bld Haussmann 75318 Paris CEDEX 09 ; CREDIT LIFT Crédit Agricole Consumer Finances, 1 rue Victor Basch CS 70001 91068 MASSY CEDEX.
Consentement : Les données feront l'objet de traitement informatique, en application de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, dans un but de prospection commerciale. Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de suppression et d'opposition sur les données vous concernant dont CRÉDISTOR et ses partenaires sont destinataires. Ce droit d'opposition quant à l'utilisation de ces données personnelles ainsi que les modalités d'exercice de ce droit est sans frais. Il vous suffit pour l'exercer, de nous écrire à l'adresse suivante : CRÉDISTOR, 843 Avenue de la République - CS 92056 - 59702 MARCQ EN BAROEUL CEDEX, ou en envoyant un mail sur l'adresse : contact@credistor.com

L'Internaute est informé que la Société ou d'autres sites partenaires sont susceptibles de placer des cookies et des actions Tag sur son ordinateur dans le but de mesurer l'efficience du service proposé. L'Internaute a cependant la possibilité de refuser les cookies ou les actions Tag. Il lui suffit pour cela de modifier les paramètres de son navigateur Internet. Dans ce cas, il se peut qu'il ne puisse bénéficier de la totalité des fonctions et des services proposés sur le présent Site.

Dans le cadre de la relation commerciale avec nos services (informations client et client potentiel à l'entrée en relation), toute demande de réclamation doit être formulée à CRÉDISTOR - "Service Réclamation" - 843 Avenue de la République - CS 92056 - 59702 MARCQ EN BAROEUL CEDEX ou par mail : service-clients@credistor.com